Il y a quelques mois, un site spécialisé référençait Rabat parmi les six villes où il fait bon s’adonner au street art, aux côtés de Los Angeles, Lisbonne ou encore Hong Kong. Là où ailleurs, l’art urbain (et toutes ses différentes composantes, du graffiti au pochoir en passant par le muralisme) s’est doucement construit dans les années 1970 et 1980, pour enfin obtenir la place qu’il a aujourd’hui dans le paysage artistique, la capitale du royaume a rapidement su se hisser au sommet, sans pour autant faire l’impasse sur la qualité.

Un rêve devenu réalité pour l’équipe de Jidar, Toiles de Rue. Depuis sa toute première édition, l’événement avait pour ambition d’inscrire la ville dans le circuit international du street art, en invitant des signatures nationales et internationales à transformer les murs de différents quartiers en fresques géantes. Mais il ne s’agit pas uniquement d’orner les murs et de les embellir : la démarche est celle d’une exploration de formes artistiques nouvelles et d’une narration urbaine, d’une chasse aux trésors à ciel ouvert dans les rues de Rabat, et l’envie d’interpeller les passants et les habitants, les inviter à s’arrêter et à lever les yeux.

Pour sa troisième édition, Jidar donne carte blanche à des artistes dont le travail s’inspire du patrimoine populaire et des cultures anciennes - celles de leurs pays ou tout simplement celles qui les fascinent. Entre symboles mayas, dessins d’inspiration byzantine, estampes médiévales ou personnages folkloriques ukrainiens, le circuit de JIDAR 2017 se veut un véritable hommage au multiculturalisme et aux cultures populaires, d’hier et d’aujourd’hui.

Par ailleurs, initiés et grand public pourront assister à des rencontres et master class, tandis qu’une demi-douzaine de professionnels marocains en quête de nouvelles formes d’expression urbaine travailleront ensemble à créer une identité visuelle au Skatepark de Rabat sous la direction de l’artiste espagnol Antonyo Marest.

Rendez-vous donc du 21 au 30 avril pour découvrir de nouvelles toiles de rue au cœur de Rabat !


L’ASSOCIATION EAC- L’BOULVART

EAC-L’Boulvart (Education artistique et culturelle) est une association à but non lucratif qui milite pour la promotion et le développement des musiques actuelles et de la culture urbaine au Maroc. Elle organise depuis 1999 des activités autour de la découverte et de l’accompagnement de la jeune sce`ne alternative par l’organisation de concerts, formations, ateliers, rencontres et festivals (L’Boulevard, Le Tremplin, le BoulevarDoc…).
En 2010, l’association a ouvert le Boultek, premier centre de musiques actuelles au Maroc. L’association est également éditrice de L’Kounache, magazine conscacré à la création urbaine et alternative, toutes disciplines confondues.